LA DÉMARCHE CRADLE TO CRADLE !

En 2015, l’Europe a fixé, pour la législation européenne sur les déchets, l’objectif de 70 % de valorisation des déchets du BTP à l’horizon 2020. Cet objectif vise à réduire la quantité inimaginable de pertes produites par le secteur du bâtiment (près de 75 % des déchets annuels en France)  et de favoriser leur recyclage ou réemploi.  

Mais si nous allions au-delà de la démarche de recyclage et de réemploi pour créer une démarche 100 % durable ? 

C’est de ce constat que l’aventure C2C a commencé, initiée par le chimiste allemand Michael Braungart et l’architecte américain William McDonough. Ils ont, dans les années 80, théorisé leur concept de création de matériaux réutilisables à l’infini. L’idée est de concevoir dès le départ des bâtiments et produits 100 % démontables et recyclables pour permettre leur utilisation indéfiniment. Les matériaux vont d’un cradle (berceau en anglais) à l’autre, sans jamais être détruits, contrairement au système « extraction – production – consommation – destruction » que l’on connaît tous.

“Soyez meilleurs et non moins mauvais.” 

Cette démarche pense différemment la durabilité des produits et donc la conception même de ceux-ci. Elle fait appel au principe d’économie circulaire. Ce principe est réalisable via 2 formes pour permettre à l’objet en fin de vie d’être réutilisé : le cycle biologique, qui retourne à la terre et le cycle technique, qui est remployé. 

On retrouve aujourd’hui près de 200 produits certifiés C2C. Cela signifie qu’ils respectent 5 critères : 

  • Réutilisabilité 
  • Non-toxicité
  • Énergie renouvelable 
  • Respect de l’eau 
  • Respect des règles sociales

Exemple d’un produit C2C qui suit un cycle biologique 

Dans un cycle biologique, on parle des matières biodégradables mises en terre pour créer des nutriments. On prend par exemple des vêtements ou chaussures dont la matière pourra retourner à la terre et sera utilisée, par la suite, par de nouvelles ressources naturelles. Par exemple, C&A, en 2017, ont été les premiers à créer des vêtements C2C, composés de nutriments biologiques pouvant être compostés !

Le schéma en vert présente l’exemple de la fabrication d’un flacon en bioplastique biodégradable. 

Exemple d’un produit C2C qui suit un cycle technique 

Dans un cycle technique, on parle des matières qui peuvent être réutilisées. On retrouve par exemple des revêtements de sol, démontables, réparables et réemployables du fabricant Tarkett qui produit des dalles de moquette qui ne sont pas collées à la surface du sol, ce qui permet l’exclusion de colle toxique et chimique, mais aussi un désassemblage total en fin d’usage. Les pièces peuvent retourner à l’usine en tant que matière première, et repartir dans un cycle de production de dalles de moquette, selon le principe de l’économie circulaire.

Le schéma en bleu présente l’exemple d’un téléviseur, produit par l’assemblage d’éléments de qualité définie et pouvant être réutilisés pour recréer le même matériel (boucle fermée) ou participer à la fabrication d’autres produits (boucle ouverte).